Certaines personnes développent une étonnante capacité à deviner les émotions, et sentir ce qui se passe autour d’eux. On les appelle aujourd’hui les hypersensibles. Un atout pour la vie ?

N’avez vous jamais rencontré une personne dotée d’un sixième sens ? Ces gens sont capables de choses étonnantes. Cela va de l’empathie, en passant par la prémonition, quand ça n’est pas carrément deviner ce que vous pensez, d’où vous venez, votre histoire…

D’autres parlent d’une capacité à percevoir un monde fait d’énergies subtiles et même de communication avec l’au-delà. Il semblerait qu’il y ait des individus qui soient plus sensibles que d’autres à certains signaux. Avant d’aller plus loin, je vous propose de les classer en deux catégories : d’un côté, les intuitions de type émotionnel / relationnel, comme par exemple deviner les émotions, qui correspond à une certaine forme d’empathie, et de l’autre, les intuitions de type prémonition / voyance.

Ce que j’aimerais évoquer avec vous aujourd’hui – une fois n’est pas coutume – ne concerne pas la véracité de ces intuitions, car cela reviendrait à conclure que parfois elles se vérifient et parfois elles ne se vérifient pas. Non, j’aimerais que nous nous intéressions à leur origine. D’un point de vue humain, d’où viennent ces capacités ? S’agit-il d’un don ? Est-ce inné ? Peut-on apprendre à développer cette sensibilité ? Ou au contraire, peut-on s’en défaire ?

Don ou malédiction ?

Comment vivent les personnes concernées par cette sensibilité, que pensent-elles de ce qui est souvent perçu comme utile par ceux qui n’ont pas cette sensibilité. En tant que psychothérapeute, j’ai eu l’occasion observer de nombreux cas et constaté que trois tendances semblaient se dessiner.

  • Les personnes pour qui cette sensibilité est clairement un avantage, elles l’utilisent souvent, peuvent s’en vanter, et vont même parfois jusqu’à en faire leur fonds de commerce.
  • Celles pour qui cette sensibilité n’a pas vraiment de sens, ils ne savent pas qu’en faire ou parfois en ont peur.
  • Celles pour qui c’est un désavantage, car cette sensibilité les rend perméables à toute sorte de choses, en général ils n’aiment pas trop en parler. C’est surtout avec les gens qui correspondent à cette dernière tendance que j’ai pu échafauder une hypothèse quant à l’origine probable de ce 6e sens.

L’origine est à chercher dans l’enfance

Je me suis posé la question : à quoi peut bien servir cette sensibilité quand on est enfant ? Pour moi, il y a clairement une fonction d’anticipation, avec but de protection. Ensuite j’ai observé et remarqué que toutes ces personnes avaient un point commun dans leur histoire passée, leur enfance : la violence.

Le tableau le plus courant que j’ai pu observer ressemble à ça : d’un côté, nous avons la violence d’un des parents qui prend une forme souvent inattendue et imprévisible (par exemple, une colère hors contexte, une violence verbale, des cris, des critiques), puis en face, la détresse, la fragilité de l’autre parent, qui subit la violence et peut se refermer (cherche à éviter le conflit, se victimise). C’est une violence invisible, cachée, psychologique, considérée comme “normale”, d’où l’intérêt de développer un 6e sens, une sensibilité, car cela permet non seulement de prévenir la violence, de l’anticiper pour mieux s’en protéger, mais aussi de mieux comprendre, ressentir le parent en détresse pour l’aider, voire le protéger. Peut s’ajouter à ça une autre forme de détresse du ou des parents concernant des blessures non-réglées de leur propre histoire, dont ils ne parlent pas ou peu, entretenant un déni de leur propre souffrance et une forme de mystère que l’enfant peut ressentir sans pouvoir identifier. Les gens ayant eu une enfance similaire à cela peuvent développer une sensibilité et une intuition de type émotionnel / relationnel, pouvant les amener à avoir envie d’aider les autres, de changer le monde, et peuvent naturellement se diriger vers la relation d’aide (psychologue, assistant social, coach, etc.)

Pour ce qui est des intuitions de type prémonition / voyance, j’ai pu observer un profil similaire à ce que je viens de décrire, mais avec une violence un cran au-dessus. À la violence psychologique d’un des parents, et/ ou la fragilité de l’autre, s’ajoute une atteinte à l’intégrité physique avec des abus de type violence physique, attouchements, voire abus sexuels, qui ne sont pas forcément commis envers l’enfant, mais aussi sur le parent victime.

Une atteinte intolérable à l’intégrité de l’enfant

Quoi qu’il en soit, la sphère individuelle de l’enfant n’a pas été respectée, et les limites ont été franchies. C’est une forme d’agression et de manque de soins à laquelle l’enfant réagira en développant une sensibilité qui l’accompagnera toute sa vie.

Lorsque l’on détruit l’enveloppe psychique de l’enfant, on créée inévitablement une perméabilité qui peut se manifester par une sensibilité hors-normes.

Une perméabilité aux émotions d’autrui

Ne pas avoir été respecté dans sa bulle privée dans une phase aussi importante du développement a aussi des conséquences durables sur la capacité à définir où se trouve la limite entre moi et l’autre. Ce qui peut donner, en présence d’une personne proche, si elle se sent mal, je me sens mal. Si elle est en colère, je peux avoir le sentiment que c’est de ma faute. C’est une perméabilité causée par l’atteinte qui est faite à à l’intégrité psychique, et/ou physique. D’autre par, plus la violence est forte, plus la perméabilité est grande, et plus la sensibilité est grande.

Intuition, sensibilité et prémonition sont pour moi à prendre comme un symptôme qui indique que l’individu a été en présence de violence dans son enfance.

Quelle réponse apporter ?

Aujourd’hui, de nombreuses personnes avec ces capacités se demandent s’il ne serait pas naturel de trouver une activité dans laquelle elles pourraient les utiliser. D’autres ne veulent, ou n’osent pas franchir le pas. D’autres en ont peur. Mais est-ce un choix judicieux pour autant ?

Pour moi, la question n’est pas là. Le problème qui va se poser est que ce “don” est un cadeau empoisonné, car il est l’expression d’une adaptation à la violence, à la détresse, à l’isolement. Vouloir utiliser ces capacités dans le but d’aider l’autre, ou d’en tirer avantage et profit va enfermer l’individu dans un déni qui ne lui permettra pas de réaliser les causes réelles de son mal-être.

Malgré toute sa sensibilité, toutes ses capacités à deviner, à anticiper, il y a une chose à côté de laquelle il passera à coup sûr, c’est la cause réelle de sa propre souffrance.

Vers le développement d’une authentique empathie

Plutôt que de chercher à développer ces capacités, à les utiliser, ou apprendre à ne plus en avoir peur, je proposerais plutôt de faire un travail introspectif sur la violence dont ces personnes ont certainement été victimes enfants.

Car une fois la personne libérée de son passé, de la violence enregistrée dans son corps, elle pourra alors développer une véritable empathie, qui ne sera plus basée sur la peur et l’anticipation, mais sur l’amour de soi et de l’autre.

 

Mots-clés: , , , ,

10 commentaire$s

  • C’est la pure réalitée vous avez entièrement raison, en plus avec une hypersensibilité intellectuelle vous devenez un monstre au yeux des humains.
    J’ai tous fait pour devenir normal comme les autres au point de détériorer significativement ma santé physique, mais quand vous avez un grand capacité de résistance cette quête de devenir monsieur tous le monde impacte directement la santé moral d’où l’apparition de trouble anxieux grave impliquant une modification au niveau de l’aspect extérieure du Corp notamment une expression facial éliminant la joie et la modification de la démarche me disant que si les gens comprennent se que je ressent sa serrait fatal pour ma sécurité.
    Vous ne pouvait pas savoir comme c’est douloureux d’être rejeter par toute les catégorie de fréquence cognitive même la famille sachant qu en peut tirer un grand profit de gent comme moi.
    Je vie en mode veilleuse depuis 20 ans car quad je me comporte comme je le suis en vrais les ondes énergétique résultante et détecter par les autres.
    Merci pour l’article car je sais présentement que je suis pas seul.

  • Merci Julien pour ce texte qui comme les autres me parle et me permet une nouvelle introspection.

  • Monsieur j’ai 17 ans et je pensais avoir un don jusqu’à mettre renseigner, j’ai toujours eu l’impression d’être différent petit j’étais obèse et on se moquais de moi je pense que c’est la violence dont vous parlez, je tiens à vous dire que je suis particulièrement douer a l’école alors qu’on m’assimilerai plus à un enfant de quartier, j’ai l’impression d’avoir des sentiments sur-développer et j’ai peur de plus je me suis vraiment reconnu, je n’ai jamais réussi à faire du mal de toute ma vie, si nous pouvions prendre contact svp

  • Je me retrouve dans la situation de parents ayant eu une expérience traumatisante mais je n’ai pas, moi, vécu de violence dans l’enfance.
    Aujourd’hui, plus que des intuitions, mes pensées prémonitoires me troublent (et ma fille, 13 ans, a le même profil/problème !!!!) ; je voudrais savoir quoi en faire ; pouvez-vous m’orienter vers quelque professionnel à l’écoute (j’habite le département du Nord).
    D’avance merci

  • Bonjour,

    Depuis toujours pour ainsi dire, je ressens les autres , un peu comme un animal. A deviner leur tréfonds intérieur et malheureusement, je me suis rarement trompée.

    Pour ma part, cette aptitude est un poids car je n’ai pas su la transformer en force ou du moins, je n’ai pas vraiment pris la peine de à cet état de fait, pour le vivre beaucoup plus sereinement et harmonieusement.
    Souvent, j’ai l’impression que les personnes sentent en moi, cette facilité et du coup, j’ai plus souvent été rejetée qu’autre chose car je fais peur, je dérange.

    que me conseillez vous ?

    • Bonjour, avant d’aller plus loin, est-ce que l’hypothèse que j’évoque, à savoir que cette aptitude pourrait être en lien avec une forme de maltraitance pendant l’enfance vous parle ? Bien à vous.

  • Je me décide à chercher à comprendre ce qui m’arrive, encore hier, qd soudain je pense avec insistance et sans raison à une personne que je peux ne pas avoir vue depuis très longtemps, et je la croise à peine quelques minutes ou secondes sur mon chemin, ou avec une personne “comme moi” il y a quelques années, nous savions exactement l’heure de réveil de l’autre, réveil simultané et comme si nous étions en présence l’un de l’autre malgré la distance ou, sans nous concerter, nous savions que nous allions nous croiser à tel coin de rue, sans l’avoir prévu… Troublant, quelque peu effrayant. Encore plus après avoir lu les raisons qui pourraient expliquer cette sensibilité. Pour sûr, une capacité d’empathie grandissante avec le temps, et une volonté exacerbée “d’aider”, qui que ce soit, au quotidien…. Que faire de tout ça ???

    • Comme je l’évoque sur le site, si les faits de maltraitance pendant l’enfance sont avérés, il est possible d’améliorer les choses en allant confronter ces mémoires du passé. Toutes ces émotions négatives refoulées, créent des tensions qui peuvent amener à adopter un comportement qui n’est pas bon pour vous, et qui risque d’entretenir le problème. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Haut